Jolies princesses et belles fripouilles

de Jean-Paul Grellier

3E éditions, ISBN : 978-2-37885-016-6

Site de l’auteur : http://jp.grellier.romans.free.fr/

La prostitution consiste à fournir un échange sexuel et du plaisir contre des euros. Et le racolage en prime. Environ 20 000 prostituées vendent leur corps en France, sans compter les non déclarées.
C’est ainsi qu’à La Rochelle est né un polar palpitant, qui entre la sortie sud direction Rochefort, Royan, Bordeaux, nous entraîne non loin des falaises d’Aunis et au final en Hollande.
Un noyé est assassiné à coups de couteau pour l’aider à passer de vie à trépas. Une fonctionnaire de Poitiers, fraîchement diplômée de l’ENA, aimerait bien trouver le coupable. Mais, Stanislas Godery, le fringant commandant de la PJ de La Rochelle voudrait bien la doubler.
Aytré, Saint-Martin-de-Ré, ça nous change de Paris, le crachin atlantique…
Tout finira par s’éclaircir, on ne s’ennuie pas dans la police. En France et en Hollande non plus.
Par-dessus le marché, une princesse laotienne n’avoue pas ses titres.
Et on navigue dans le quartier du temple, au côté de Nicolas Labattut sur sa grosse moto Kawasaki 500 cm³. C’est une autre La Rochelle que l’on découvre, loin de celle des touristes et des clichés.
L’intrigue proposée par Jolies princesses et belles fripouilles de Jean-Paul Grellier se dévore, un vrai gâteau de Noël. Et pourtant rien n’est simple, il y règne même un joyeux désordre. Le style nous rapproche des Rochelais et de la gourmandise des huîtres et des calamars. On se trouve en présence d’un roman presque comestible.
Divinement comestible.
Et par-dessus tout ça, le bleu de la mer et du ciel qui surplombe les tours de l’entrée du port de La Rochelle. Ce bleu qui nous fait cligner des yeux, tant on se demande si on ne rêve pas.
Oui, Jolies princesses et belles fripouilles de Jean-Paul Grellier est un beau rêve éveillé, tellement agréable à lire.
On veut oublier le Covid-19 et les résultats quotidiens des morts, dont on aspire, ô combien, à ne plus entendre parler, on veut arrêter de faire des cauchemars, on veut dormir tout simplement, pour revivre ensuite.
Jolies princesses et belles fripouilles, c’est comme une bonne confiserie des fêtes, une confiserie qu’on suce avant de s’endormir pour rêver d’une suite à donner au roman de Jean-Paul Grellier. On la suce sans se presser, bien qu’on sache que c’est interdit après le lavage de dents. Eh oui, c’est comme ça Jolies princesses et belles fripouilles.
Un polar à conseiller contre la déprime du moment, pour éviter les rhumes et le Covid-19.
Au fond, ce serait bien meilleur que le vaccin qu’on veut nous infliger. Un roman policier à La Rochelle contre le Covid-19, il fallait y penser. Il faut choisir, soit écouter les nouvelles stressantes catastrophiques, soit respirer un autre air, l’air du large, le souffle de l’Atlantique qui monte jusqu’en Hollande.
Un beau talent qui plaira aux appétits gourmands, en cet hiver qui approche, allongé dans un fauteuil, alors que le vent commence à souffler à tout déchirer dehors.
L’intrigue est bien menée, et bien malin celui qui découvre le coupable avant le commissaire Stanislas-Xavier Godery d’Arcemale d’Autimont, excusez du peu !
Jolies princesses et belles fripouilles, c’est beau, c’est bon.
Un très bon cru que le dernier polar de Jean-Paul Grellier. On en redemande.

Site de l’auteur : http://jp.grellier.romans.free.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.